A Savoir

Nord-Kivu : plus de 400 finalistes n’ont pas passé les épreuves de l’examen d’Etat à Rutshuru

Selon plusieurs sources sur place, plus de 400 finalistes du secondaire du territoire de Rutshuru, dans le groupement de Kanyabayonga, n’ont pas pu passer leurs épreuves de l’examen d’Etat, édition 2022-2023, dans la province du Nord-Kivu.

Des inspecteurs de l’EPST n’ont pas pu accéder à cette zone pour y effectuer le contrôle à la suite de l’insécurité qui sévit dans cette contrée du pays, témoignent d’autres sources. C’est ce qui a fait que leurs données n’ont pas été intégrées dans le système, renseigne le sous Proved Nord-Kivu I  basé à Kanyabayonga.

A cet effet, les élèves se retrouvent bloqués suite à cette situation qui inquiète les parents de ces finalistes, alors que ces derniers avaient déjà achevé leur année scolaire. Ces candidats finalistes, qui étaient repartis dans deux centres de passation de l’examen d’Etat, ainsi que leurs parents sont  présentement embarrassés et ne savent pas quel sera leur sort, a déclaré un acteur socio-politique de Rutshuru, Aimé Mbusa Mukanda, relayé par Radio Okapi.

Celui-ci plaide auprès du ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et technique, pour qu’une session spéciale soit organisée en faveur de ces finalistes du secondaire. « Nous signalons que, dans le groupement Kanyabayonga, dont la localité de Vitshumbi, Kanyabayonga, Lusowa, et Mirangi, les élèves ont continué à étudier. Sur ce, nous demandons qu’une session spéciale pour ces élèves finalistes du groupement Kanyabayonga qui avaient fini avec leur programme.  Sur ce nous adressons ce message au ministre national de l’EPST de pouvoir songer comment sauver ces enfants qui ont étudié. Ils ne peuvent pas aller vers une année blanche pourtant ils ont étudié » a-t-il déclaré.

Ce même acteur local de Rutshuru affirme pourtant que, dans la même région et le même contexte sécuritaire, les examens du primaire notamment, l’Examen national de fin d’études primaires (ENAFEP) et le Test national de sélection, d’orientation scolaire et professionnelle (TENASOSP) ont été délocalisés à Kirumba et Lubero.

Aimé Mbusa Mukanda rappelle par ailleurs que, des milliers d’autres élèves restent privés de l’école depuis novembre 2021 dans plusieurs entités occupées par les rebelles du M23.

Art. Sé : digitalcongo.net/ Gisèle Mbuyi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
1 × 25 =