Evénement

Education RDC : Pas de rentrée scolaire, à rutshuru et massisi au Nord-Kivu.

Les activités scolaires, n’ont pas eu lieu, ce lundi 04 septembre dernier,  dans les  localités de massisi et rutshuru au Nord-Kivu, suite à l’insécurité, et les déplacements de tous les habitants de  ces localités occupées par le mouvement des rebelles.

Tous les parents ont déplacés leurs enfants à Goma, chef-lieu de la province du Nord Kivu. Certains  parents restant dans ces localités, craignant pour la sécurité de leurs enfants, ne les ont pas envoyés à l’école.

D’après le ministre de l’enseignement primaire, secondaire et techniques, dans son interview accordée ce mardi 05 septembre dans la voie des ondes, le patron de l’EPST, a éclairé qu’à rutshuru et massisi les élèves et les enseignants se sont déplacés vers Goma, donc les écoles des ces deux entités suivront les élèves à Goma.

«À rutshuru et massisi, avec la situation d’insécurité, les élèves et les enseignants se sont déplacés vers Goma,  parce que nous avons d’après nos statistiques, à cause de la situation d’insécurité, nous avons au moins 708 écoles détruites et incendiées, et une écoles occupées par les déplacés internes et les bancs qui ont été utilisés comme des bois de chauffage, et tout ce que nous avons trouvé comme solution, c’est de délocaliser les écoles de rutshuru et massisi vers Goma  pour que les écoles suivent les déplacés (…)» a déclaré Tony Mwaba.

Le patron de l’EPST a garantie la construction des écoles en tentes pour permettre des élèves déplacés, de ne pas en attendant manquer là où étudier. «(…) et nous allons provisoirement construire les écoles sous les tentes pour que les élèves et enseignants qui se retrouvent tous sur le lieu de déplacer puisse suivre le calendrier scolaire et les enfants puissent être occupés et suivre leurs formations normalement.» a-t-il poursuivi.

Ces entités de la province du Nord Kivu sont dans l’insécurité, par le mouvement des rebelles M23, et les ADF, qui mettent la vie de la population en difficulté depuis plus de 20 ans. Sous l’état de siège, ce coin de la RDC souffre par des massacrés à perpétuité.

Art. Sé: J.P Omenga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 + 11 =